FIBROMYALGIE : Le régime alimentaire peut-il changer la donne ?

Publié le par Elisazaza

FIBROMYALGIE : Le régime alimentaire peut-il changer la donne ?

Il existe peu d’études portant sur la capacité d’un régime alimentaire spécifique à soulager les symptômes de la fibromyalgie. Quelques études ont montré une association fréquente entre la fibromyalgie, le syndrome du côlon irritable, la maladie coeliaque, et la maladie de Crohn. D’autres ont étudié l’impact de certains nutriments sur la maladie. La dernière en date, présentée dans la revue Pain and Therapy relève ainsi l’importance de niveaux suffisants de vitamine D, une carence pouvant renforcer les douleurs articulaires et musculaires. Bref, si la plupart des études n'apportent aucune preuve que les patients fibromyalgiques doivent éviter certains aliments ou au contraire opter pour certaines supplémentations, il existe des données éparses

La prévalence de la fibromyalgie est estimée entre 2% et 6%. Ce syndrome de douleur généralisée est accompagné de symptômes caractéristiques, dont des troubles du sommeil, la fatigue, la raideur, des troubles de l'humeur, des maux de tête, des paresthésies, mais aussi le syndrome du côlon irritable (IBS).

Car jusqu'à 32% des patients atteints de fibromyalgie sont diagnostiqués avec l’IBS, et 81% rapportent des selles irrégulières ou d’autres symptômes gastro-intestinaux fonctionnels communs. La maladie coeliaque (extrême sensibilité au gluten) est diagnostiquée 7 fois plus fréquemment chez les patients atteints d'IBS. Certains symptômes de la fibromyalgie liés à une sensibilité alimentaire se retrouvent aussi dans la maladie de Crohn. Enfin, au moins 42% des patients atteints de fibromyalgie signalent une aggravation des symptômes après avoir consommé certains aliments, selon une étude publiée dans la revue Clinical Rheumatology (1).

Eviter le GMS et l’aspartame : une étude publiée dans Clinical Experimental Rheumatology (2) montre chez des patients fibromyalgiques qu’éviter un additif alimentaire courant, le glutamate monosodique (GSM ou glutamate ou E 621) et l'aspartame permettait de réduire la sévérité des symptômes d’un tiers environ. L'ajout de GSM dans l’alimentation entraîne l’effet inverse, soit l’aggravation des symptômes.  Cette conclusion est discutée par une autre étude publiée dans la revue Rheumatology International (3), qui n’identifie aucune relation significative entre les apports de GSM et d’aspartame et la variation des symptômes de fibromyalgie.

Le gluten, un déclencheur de la fibromyalgie ? C’est la conclusion de certaines recherches qui montrent l’association fibromyalgie et maladie coeliaque, et suggèrent que les patients répondent bien à l’évitement du gluten. C’est le cas d’une étude publiée en 2014 dans la revue Rheumatology International (4).

Carence en vitamine D et douleur : ce lien entre la douleur de la fibromyalgie et de faibles niveaux de vitamine D est documenté par une récente étude présentée dans la revue Pain and Therapy. Cette recherche constate que les participants qui ont bénéficié d’une supplémentation en vitamine D voient leurs niveaux de douleur et de fatigue réduits. Ces patients présentent également des améliorations significatives dans la qualité du sommeil, l'humeur, le bien-être et d’autres aspects de la qualité de vie.

Quelques mesures alimentaires de base : Davantage de recherches sont nécessaires pour déterminer si le régime alimentaire et la fibromyalgie sont réellement liés. Mais les médecins sont unanimes pour conseiller un régime alimentaire -sauf sensibilité au gluten- diversifié aux patients fibromyalgiques. Ensuite quelques mesures peuvent permettre aux patients d’identifier leur sensibilité à certains aliments : parmi ces mesures simples,

-Tenir un journal alimentaire : pour identifier les aliments « déclencheurs » ;

-Opter pour un régime riche en fruits et légumes, en grains entiers et en protéines maigres : ce régime est bénéfique à tous, y compris en cas de fibromyalgie.

-Choisir les aliments qui « vous réussissent » : le journal alimentaire permet aussi d’identifier les aliments qui procurent de l’énergie et du bien-être. Les aliments riches en vitamine D en font partie (poissons gras, produits laitiers enrichis en vitamine D, jus d'orange, céréales, foie de bœuf et jaunes d'œufs). Les aliments riches en oméga 3 (poissons gras, noix, graines de lin), peuvent également contribuer à soulager les symptômes de la fibromyalgie en réduisant la douleur et l'inflammation.

Les aliments spécifiques à éviter ou à favoriser sont spécifiques à chacun, mais une fois identifiés, ils permettent non seulement d’adapter le régime alimentaire de manière à réduire au mieux les symptômes de la maladie mais aussi à gagner en qualité de vie.

Sources:

(1)Clinical Rheumatology December 1991 doi:10.1007/BF02206660 Diet and disease symptoms in rheumatic diseases — Results of a questionnaire based survey

(2)Clinical Experimental Rheumatology 2012 The effect of dietary glutamate on fibromyalgia and irritable bowel symptoms

(3)Rheumatology International July 2014 DOI: 10.1007/s00296-013-2801-5 Monosodium glutamate and aspartame in perceived pain in fibromyalgia

(4)Rheumatology International July 2014 DOI: 10.1007/s00296-013-2801-5 Monosodium glutamate and aspartame in perceived pain in fibromyalgia

(5)Pain and Therapy 2015 Jun doi: 10.1007/s40122-015-0036-8 Vitamin D Deficiency and Pain: Clinical Evidence of Low Levels of Vitamin D and Supplementation in Chronic Pain States

Plus de 50 études sur la Fibromyalgiela Douleur neuropathique 

Lire aussi : FIBROMYALGIE et côlon irritable: Faut-il passer au régime sans gluten? - 

https://www.santelog.com/news/rhumatologie/fibromyalgie-le-regime-alimentaire-peut-il-changer-la-donne-_16943_lirelasuite.htm#lirelasuite

 

Commenter cet article